Clic clac photo !

Pour mes 13 ans, j’ai reçu mon premier appareil photo : un compact argentique automatique ! Malgré le coût du développement des photos, j’aimais prendre des photos pour garder des souvenirs.

Les années passant, je suis devenu instituteur. Amateur de technologie, la venue des appareils photos numériques était une grande avancée : retouche de photo, intégration dans les documents, … Un nouveau monde !

Premier appareil photo numérique

En 2000, je casse ma tirelire pour acheter mon premier numérique. Le nombre de photos va décupler et le désir de fixer la beauté des lieux va s’ajouter à celle des souvenirs … qui ne sera pas en reste pour autant puisqu’il m’était tout naturel de prendre plusieurs centaines de photos d’un camp d’un dizaine de jours. Chaque activité de classe avait également son lot de photos et la possibilité pour les enfants – et leurs parents – de les commander. Les sites « ClasseWEB » 1 à 5 ont également été des vitrines très appréciées de cette richesse d’images.
Mon premier appareil photo numérique, un Nikon Coolpix E950, m’avait valu quelques sueurs froides à son achat, tant l’investissement était important. Mais quels bonheurs ensuite. Bien qu’il soit complètement désuet aujourd’hui – capteur 4×6 mm, zoom optique 3x, 2 mio pixels – il s’agissait d’un bon en avant technologique et d’une révolution dans le traitement et l’utilisation de la photo. Il faut dire que cet apapreil avait quelque chose de magique : en 2 parties, il pivotait pour prendre des photos dans n’importe quel angle. L’idéal pour prendre des photos dans son dos !
Ce modeste Nikon Coolpix E950 semble bien archaique aujourd’hui. Pourtant, à l’époque, c’était la Rolls !
L’entrée dans le monde de la photographie numérique a été un grand tournant dans ma petite histoire de photographe : plus de clichés, moins chers, pas de délai de photographe, c’était vraiment une bonne avancée.

 

Place à Sony

Le premier Nikon a dû faire 2 fois le tour du compteur (2 x 10 000 clichés) en un peu plus de 6 ans … puis il est mort, l’autofocus ne se faisant plus. Désirant progresser un peu dans la qualité et dans les possibilités de photos, il était accompagné depuis quelques mois de celui qui deviendra son remplaçant. En attendant sa mort, il a fait le plaisir de mes élèves qui pouvaient eux aussi s’adonner à la photographie lors de nos sorties ou de nos camps.

Ce Sony H-5 est un peu plus encombrant mais il apporte une résolution de 7 mio pixels et surtout un super zoom de 12 fois. La photographie devient encore plus un plaisir, avec quelques beaux clichés qui sont de moins en moinsutilitaires – rapports d’activités ou souvenirs – et dont l’aspect esthétique est également un but en soi. Je l’utilise abondamment pendant 3 ans.

C’est l’occasion de ramener de belles photos de notre voyage de Noces en Norvège, et plus généralement des différents lieux que je visite seul ou en couple.

 

 

Progresser grâce à un cours et à un nouvel appareil photo

Conseillé par un ami de faire quelque chose qui me plaît vraiment, je prends un cours de photo à l’école Club Migros. Prenant de plus en plus d’occasion pour faire des photos, cela vaut vraiment la peine. J’envisage également d’acheter un appareil photo un peu plus « professionnel ». Je vise à ce moment-là le HX-5V de Sony, avec GPS intégré, panorama automatiques, HDR, … mais pas du tout professionnel au sens réel du terme. Ce cours avec Bernard Landon changera non seulement le type d’appareil photo que je désire acheter mais m’ouvrira également une toute nouvelle vision de la photographie. Quelques petits trucs expliqués et mis en pratique, leçon après leçon, pour sortir du mode automatique de l’appareil, le réglage de la zone de mise au point, la capture d’objets en mouvements, … autant d’éléments qui me donnent envie d’aller à l’essentiel : moins d’électronique et de « trucs tout faits », plus de réglages adaptables à ses désirs. Et aussi, une bien plus grande qualité de cliché grâce à un capteur plus grand. C’est ainsi que je fais l’acquisition d’un Nikon D90.

Le choix n’a pas été facile et, même s’il s’agit de mon 2e Nikon, la marque n’a pas pesé très lourd dans le choix. Il était opposé au Canon 600D (ou 650D, je ne me souviens plus bien). Ils avaient tous les deux de grands avantages et quelques petits inconvénients. Très difficile de choisir. Finalement, quelques considérations philosophiques des marques et un prix cassé dans un supermarché ont eu raison de mes hésitations. Et j’ai terminé ma formation avec le D90. C’est parti pour de belles promenades photos.

C’est au Pays Basque que je me suis fait mes premières armes. Avec un objectif 18-105 assez intéressant, mais trop court pour le photographe paysagiste que j’étais. Dès mon retour, je le troque contre un 18-200, bien plus intéressant en terme de rapprochement. Les expériences s’enchaînent, les sorties photo se multiplient, à l’image de ce reportage photos dans la ville où j’habite (voir Photographier sa ville). L’an passé, j’ai eu l’occasion de tirer les photos des 11 classes du collège où je travaille. Un vrai plaisir, même si la gestion des ombres était une difficulté face à laquelle j’étais mal préparé. Grâce à la patience de mes collègues et des élèves, et à quelques bonnes retouches, le résultat a été plus que satisfaisant.

A la naissance de ma fille, j’achète un petit et simple 35 mm en 1.8. Un vrai régal. Que de lumière ! De quoi faire de superbes flous d’arrière-plan. Les premières photos de ma fille en sont un bel exemple. Je ne ressors le 18-200 que pour quelques reportages de paysages, comme cette sortie au Festival des Ballons de Château-d’Oex.

 

 

Le passage au plein format

Très content de mon D90, quoique limité pour les photos prises à l’intérieur dans un environnement sombre, je ne prévoyais pas de le remplacer jusqu’à ce que je tombe sur une publicité pour le D7100. Je me renseigne un peu sur les forums et me rends compte qu’il n’y aurait pas grand chose à gagner, tout au plus quelques pourcents de qualité selon les tests DxO. La seule mise à jour intéressante serait de prendre un bon objectif – un 24-70 f/2.8 ou un 16-85 par exemple – ou passer au plein format.

Cette dernière option semblant hors de prix, je regarde les possibilités d’acquérir, neuf ou d’occasion un objectif de ce type. De forum en forum, d’essais en tests, je découvre et me mets à apprécier le D600 de Nikon. Plein format, excellente gestion de la lumière, petit à petit l’idée fait son chemin … mais il reste hors de prix. Les avis sont très bons, il serait presque le meilleur sur le marché actuellement au niveau de la qualité brute de l’image – puisque la qualité réelle dépend grandement de son objectif. La concurrence est faible : seul Canon a un modèle intéressant, le 6D. Mais ayant les accessoires Nikon et étant habitué à son fonctionnement, la comparaison avec Canon ne se dure pas longtemps, si je passe au plein format, ce sera un D600 de Nikon.

C’est alors que je regarde de plus près les prix réels. C’est alors que je tombe sur la très bonne nouvelle : un supermarché spécialisé dans la vente d’appareils multimédia fait une semaine « Nikon -10% » et une excellente offre sur le D600. En fait, excellente offre est un terme un peu faible : c’est simplement le meilleur prix sur le marché pour le boîtier … et l’objectif 24-85 – très bien noté dans les tests – gratuit ! Lorsque ma femme me dit que cela peut être mon cadeau de « 1e fête des pères », c’est un rêve mais pas rêvé qui se réalise.

 

 

Des albums photos en ligne

Depuis mon retour en Suisse en 2003, j’ai souvent pris le temps de me promener, simplement pour faire des photos. C’est ainsi qu’ont commencé les premières pages photos sur internet. Mon désir de partager était toujours là, à côté des cours, il y a maintenant les photos. Ce plaisir ne m’a plus quitté et il y a maintenant près de 2000 photos en ligne sur ce site. C’est l’occasion de noter la progression du photographe. De photos simples non retouchées il y a 10 ans aux photos plus professionnelles et mieux triées, retouchées un peu ou en profondeur, il y a eu une certaine progression. Je n’ai pas désiré retirer ces premières photos afin de ne pas mentir au visiteur : on commence rarement par des résultats parfaits, les beaux clichés sont souvent le résultat d’une progression plus ou moins rapide.

 

 

L’aventure continue

Le plein format, c’était bien … mais lourd. Après avoir eu plusieurs « petits » appareils pour les sorties en famille, je fais la découverte de Fujifilm.

J »en avait déjà bien entendu parler mais début 2017, j’achète mon premier boîtier … et c’est une grande découverte. Mon D600 vieillissant ne fait pas le poids et me permet une transition complète pour un faible coût. Je passe plusieurs mois à vendre mon matériel Nikon plein format pour acquérir des focales fixes – principalement – et me voilà maintenant X-photographe, du nom des ambassadeurs de la marque … non officiel en ce qui me concerne.

 

Un nouveau blog

Couleurs & Photographie a vu le jour en tant que tel à la fin de lainée 2014. Après avoir côtoyé l’enseignement et l’informatique, il était tant que le pôle « photographie » ayant sa propre identité.

Après plus de 100 000 articles lus et plusieurs centaines de milliers de photos vues, le cap de la simplification est pris. Ce blog en est la première phase … et remplacera bientôt l’ancien site.

L’objectif est de publier plus simplement – et donc plus souvent. L’avenir nous dira si le calcul était le bon.

 

Pin It on Pinterest