Matières & Textures

7 Jan 2018 | Défis

#52défis #Défi23 #CRD15

 

Message codé ?

Tout d’abord, une petite explication : que signifient ces codes ?

Cette année – et peut-être même pour plus longtemps, j’ai choisi de relever les défis lancés par Anne-Laure Jacquart dans son livre « 52 défis créatifs pour le photographe« . Ces défis sont publiés sur Facebook et Flickr. De nombreux photographes y participent et ces hashtags sont le système de codage utilisé pour pouvoir retrouver les photos des différents défis.

Plus précisément, ils signifient :

  • #52défis : participation aux 52 défis d’ALJ (Anne-Laure Jacquart) … mais certainement à d’autres défis hebdomadaires.
  • #Défi23 : défi n° 23 dans le livre de référence
  • #CRD15 : rubrique « En pratique » de la p. 15 du livre « Composer, réglez, déclenchez« , de la même auteure

Maintenant que les présentations sont faites, entrons dans le vif du sujet ?

 

Première expérience

Titillé par mon amie Isa, je me lance le soir, après une journée bien remplie et déjà quelques dizaines de développements dans les yeux. Il y a peu de lumière, un peu de la lumière artificielle, ou bien sûr le flash. C’est le 56 mm f/1.2 qui est monté sur mon boîtier et c’est avec lui que je tente mes premières prises de vue. L’autofocus est connu pour être peu réactif et dans ces mauvaises conditions, il démontre tout ce qu’il est capable de ne pas faire !

Afin de rapprocher le sujet, je monte la bague MCEX de 16mm. Du coup, j’oscille entre mise au point manuelle et autofocus. Ce n’est vraiment pas évident d’avoir de la netteté sur une bonne zone, qui plus est à main levée à main levée. je monte les ISO à 12800 afin de baisser le temps de pose, tout en gardant une ouverture un peu fermée, puis franchement fermée à f/16, pour avoir une distance et une zone de netteté maximale.

Quelques dizaines de photos plus tard, je me mets au développement. De belles idées, beaucoup de ratés, beaucoup de déchet. Des quelques 80 photos prises, seules quelques-unes parviendront au stade final.

Je choisis le format carré et un rendu plutôt naturel. Je veille à couper soigneusement les bords des objets afin que la texture soit neutre et qu’aucun élément parasite ne puisse donner d’information à son sujet. Il y a des rendus très ordinaires et l’on trouve assez facilement de quelle matière il s’agit (laine, tissu, poils), d’autres sont franchement difficiles à reconnaître et ce n’est pas l’aspect proxy-photographie qui aidera à trouver une piste.

 

Trouverez-vous de quoi il s’agit ?

 

 

L’album photos du défi sur Couleurs & Photographie

Si certains clichés sont plutôt « documentaires », d’autres ont un aspect abstrait et artistique plutôt intéressant.

Pin It on Pinterest