Après-midi pluvieux, après-midi photos ?

29 Fév 2020Jour après jour

Aujourd’hui, nous sommes vraiment à la fin d’un hiver bizarre. Ce matin, plein soleil, un peu frais mais vivifiant… et presque un début de printemps. Cet après-midi, retour dans l’hiver fougueux et ténébreux : vent, pluie, froid, rien à envier aux pays maritimes du nord.

Passer un jour entier à la maison, ça m’arrive. Pas trop souvent, à cause d’une activité intense à terminer. Aujourd’hui, j’ai besoin de prendre l’air… et peut-être même de me faire prendre par lui. J’ai envie de sortir, d’affronter les éléments, et de faire des images de ce que je pourrai trouver.

Choix de sortie : le GFX 50R et un objectif que j’utilise – trop – rarement, le grand-angle 23mm. Ça faisait longtemps que je n’avais pas dévissé l’excellent 50mm, utilisé en forêt et en village ces derniers temps. Je n’ai pas trop d’idée de ce que je vais ramener mais je sais que ce sera large, contrasté et j’ai envie de trouver de beaux premiers plans pour utiliser au mieux ce grand-angle. C’est le projeté, l’espéré.

La réalité, c’est effectivement vent, fraîcheur et finalement pluie. Je me sens presque un explorateur affrontant les éléments… un tout petit, parce qu’en voiture avec chauffage et musique, pour parcourir ma plaine de l’Orbe préférée. Je cherche des premiers plans dignes de ce nom, pas évident si on ne veut pas trop marcher dans la gadoue… Finalement, j’en trouverai quelques-uns, ou j’en fabriquerai à partir d’éléments presque insignifiants. C’est de cette manière que j’ai découvert ces quelques fleurs bleues éphémères, presque arrachées par le vent à peine écloses. Et puis, il y a cet arbre, seul, cachant la plaine… qui sera rejoint l’espace d’un instant par quelques cyclistes bien courageux. Sans oublier cette dernière photo, un simple pont, qui ouvre sur les collines environnantes. Je choisis de prendre – encore une fois – la photo au ras du sol, peut-être aurais-je dû la prendre plus haut afin d’avoir plus d’ouverture sur l’horizon. Ici aussi, les couleurs sont tellement pâles et peu diversifiées que je décide, pour une fois, de m’en passer.

Au retour, c’est un peu le casse-tête : comment rendre intéressantes ces photos un peu banales, sombres et froides. Selon les sujets, je les développe assez simplement, en utilisant pour certaines les presets de Piet Van Den Eynde (More than Words) en restant dans les tons sombres et peu colorés. 

Au final, je suis bien satisfait de cette sortie sous les éléments déchaînés. Outre le bon bol d’air, cela m’a permis de m’essayer à quelques clichés différents et de chercher un traitement approprié. J’ai ramené peu de photos mais je les ai presque toutes gardées… Un début de maturité ?

 

 

 

Pin It on Pinterest