Brouillard, où es-tu ?

18 Jan 2018Jour après jour

En rentrant du travail en train, la vallée de l’Orbe était plongée dans un épais brouillard. Seuls les arbres et quelques maisons se détachaient de leur silhouette contrastée. Une bonne idée pour des photos … en noir et blanc !

 

Repas en famille, filles à la sieste avec maman, un coup de fil à mon inséparable co-photographe et nous voilà en route. Mais en hiver, et d’autant plus avec la tempête Eva plus ou moins autour de nous, les choses changent vite. La plaine est bien dégagée, de beaux nuages, des rayons de soleil, furtifs, un peu de pluie, de la neige aussi … beaucoup de contraste mais pas de brouillard. Qu’à cela ne tienne, on ramènera de belles photos tout de même.

 

Ces derniers jours, j’ai lu pas mal d’articles concernant des photographies qui font le tour du monde ou presque avec un compact, qui prennent principalement du noir et blanc.  Le X100F, avec une focale fixe et son look rétro me (re)fait de l’oeil. Je tente de travailler aujourd’hui un peu « à la manière de » ces photographes, j’essaie. Je pars léger : X-T2 – le X-T20 n’est pas encore rentré du Chili – et XF 23 f/2, un peu comme si j’avais emporté un X100. Comme prévu, je choisi l’option filtre Acros – filtre numérique qui imite les films noir et blanc Fuji « Acros » – et je photographie vraiment comme si j’étais en noir et blanc. L’option « appliquer les effets » permet de voir à l’écran et dans le viseur – électronique – le résultat final de la photo. Bien sûr, le JPEG est noir et blanc, mais le RAW est en couleurs.
Photographier en noir et blanc change pas mal de choses : ce ne sont plus les couleurs qui importent mais le contraste et la complémentarité entre les tons de gris. Le détail, ce qui comptera vraiment, sera dans l’arrangement des différents tons, dans leur équilibre ou leur déséquilibre. La semaine a commencé avec le défi « low key », je m’entraîne encore un peu, en noir et blanc.
Après une bonne centaine de clichés, j’atteins la saturation … du monochrome. Je repasse en couleurs, et monte le 90 mm pour changer d’angle de vue.
Le soleil est de la partie et certaines photos semblent presque prises au printemps. Les changements de météo de ce jour me rappellent le Danemark. On disait qu’il pouvait pleuvoir, neiger et faire beau en l’espace d’une heure. C’était le cas aujourd’hui.

 

Au retour, je développe mes RAW en couleurs et prends les versions noir et blanc directement à partir du JPEG. C’est fou tout ce qu’on peut obtenir de ces fichiers déjà développés. pas de problème pour les réargenter à mon goût … sans trop y toucher pour garder le style d’origine. Les RAW me permettent de redécouvrir les paysages tels qu’ils étaient en réalité, alors que je ne les voyais qu’en noir et blanc dans l’objectif. De bien belles choses, un peu différentes des photos habituelles. Et de ce qui était prévu au départ !

 

Album noir & blanc

 

 

Album couleurs

 

Pin It on Pinterest