Derborence à 2

8 Oct 2017 | Jour après jour

Par une belle journée d’été indien, nous sommes partis à la découverte de Derborence, cet endroit sauvage au bout d’une route improbable.

En vacances au chalet tous les deux, nous avons laissé les filles à mes parents et sommes partis visiter ce splendide endroit en amoureux … Une belle occasion pour notre anniversaire de mariage.

 

Faire de la photo à deux

C’est ce que nous aimons, mais nous en avons rarement l’occasion. C’était donc un temps précieux. Depuis que j’a passé à Fuji, j’ai enfin réussi à avoir 2 boitiers compatibles avec un même parc d’objectifs. Pour cette sortie, mon épouse a pris le 56 mm f/1.2, son préféré, monté sur le X-T20, léger et simple d’emploi, même sans utiliser le mode automatique. Quant à moi, comme aux Iles Borromées, j’ai choisi le 16mm f/1.4, permettant de prendre large et même de faire de la proxy photographie (je ne dirai pas macro, les puristes me le reprocheraient avec raison) sur le X-T2.

Outre l’opportunité de travailler en commun et de nous centrer sur une passion commune, faire des photos ensemble nous apprend à connaître l’autre encore mieux, fût-il mon conjoint. Ce que l’on voit – ou pas – ce que l’on apprécie, ce que l’on recherche révèle des faces encore non révélées de notre personnalité.

 

Lac, montagnes et automne

À une vitesse de flâneurs, nous avons fait le tour du lac, ensemble la plupart du temps. Pendant que je composais au loin, mêlant lac, arbres, ciel, montagnes, mon épouse recherchait les contrastes, les petites marques, les éléments à prendre en plan plus serré. Et puis, en ce début d’automne, être à l’air, sous le soleil et contempler de si magnifiques compositions naturelles, arrangements de couleurs, marcher à 2, main dans la main ou appareil photo en main, quel bonheur, quel expérience … même si toutes les photos devaient être ratées, la mémoire interne de l’humain garde des souvenirs impérissables.

 

Photos à 4 yeux

Au retour, c’est plusieurs centaines de photos que nous ramenons. Après un tri rapide, nous voyons combien nous nous complétons. Non seulement parce que nos focales fixes étaient différentes et complémentaires mais aussi parce que nos angles de vue et nos cibles photographiques donnent un panel bien plus large qu’avec seulement deux yeux. À vous de découvrir qui a pris quoi …

Découvrir l’album complet

 

Prendre des photos à deux est toujours un régal, qui arrive bien trop souvent, les obligations professionnelles et familiales prenant souvent le dessus. Alors quand cela arrive, et que l’endroit est magnifique, c’est un peu de paradis sur terre.

 

Pin It on Pinterest