Photos de vacances

27 Oct 2019Jour après jour

Toutes les photos ne sont pas faites avec une préméditation professionnelle. Le photographe est également une personne normale, qui vit, qui part en vacances, qui fait des excursions avec sa famille et qui photographie avec son téléphone portable !

S’il s’arrange souvent pour combiner sorties et photographie, ce n’est pas toujours le cas. Il est le premier à mettre en œuvre l’adage qui dit que le meilleur appareil photographique, c’est celui que l’on a avec soi !

Après 2 semaines de vacances, variées à souhait, je désirais vous partager quelques-unes de mes photos, prises dans des circonstances bien différentes…

Feuilles d’or

Premier jour de vacances, beau temps, première marche du côté des Aiguilles de Baulmes. La marche n’est pas très longue, je n’ai pas peur d’emporter mon GFX; un peu lourd mais pour des résultats et des détails excellents.

Sur cette photo, j’ai envie de faire ressortir les couleurs des feuilles que le soleil illumine tout particulièrement. Ce n’est pas très évident sur cette photo, tant les couleurs et les lumières sont diversifiées. Le résultat final ne rencontre pas entièrement mes attentes… mais c’est déjà pas si mal.

Dents du Midi

 

Sortie à la plaine de jeux en fin de journée, le soleil baisse et des couleurs timides s’annoncent dans le ciel. Toujours avec le GFX – oui il faut être un peu photographe pour aller à la plaine de jeux avec un appareil photo de près de 1500 grammes ! – je prends quelques clichés du décor, entre fleurs et montagnes.

Cette photo est le résultat fortement recadré, grâce aux 50 millions de pixels de l’image.

 

Couleurs automnales

La lune, quelques pierres, de belles couleurs… ça vaut le coup de sortir l’appareil juste avant de partir pour le fin fond de la vallée d’Anniviers, soit une heure 30 de route, en famille ! 

Sur cette photo sans trop de prétentions, ce sont les couleurs et la luminosité des éléments qui est mise en valeur, avec Luminar, comme je me suis astreint à le faire durant ces jours de vacances.

 

Est-ce que c’est beau en haut ?

La dernière portion de route vers le barrage de Moiry est fermée à la circulation. Heureusement, sur le côté, un petit chemin permet de monter à pieds sur la couronne du barrage en une demi-heure. 

Pour une fois, les gadgets du photographe serviront : le chemin est-il praticable avec des enfants ? la vue est-elle belle au-dessus du barrage ? Pour la première fois, j’envoie le drone à plus de 100 m au-dessus du sol… pour une belle vue qui donnera à chacun l’envie de monter par le petit chemin.  

 

Lac de Moiry

Ce n’est pas parce qu’on est en vacances que l’on ne peut pas réaliser de belles photos dans de bonnes conditions ! Le développement avec un Luminar Look, un réglage tout fait, que l’on modifie ensuite pour qu’il s’adapte à la photo utilisée.

 

 

La beauté sous les yeux

A l’heure du pique-nique presque seul au monde, il suffit d’ouvrir les yeux pour voir la beauté de la nature en ce début d’automne. La téléphone portable ferait bien l’affaire mais puisqu’on a du bon matériel dans le coffre, autant s’en servir.

 

 

Au bord du chemin

Petite promenade en famille sans prétention avec les cousins. Je ne m’encombre pas mais je prends quand même un boîtier, on ne sait jamais. Au bord de la route, un jardin un peu sauvage offre ces fleurs, battues par le vent, et tellement champêtres.

 

 

À bord

En plein vol, entre Genève et Lisbonne, un petit cliché au téléphone portable, histoire d’immortaliser l’expérience. Entre bleu et rouge, avec un peu de crème fraîche blanche, une photo typiquement Instagram toute prête.

 

 

Coucher de soleil sur le Tage

 

Contrairement au séjour en famille en Valais où j’avais emporté mon gros matériel, pour ces 3 jours, voyage compris, à Lisbonne, nous sommes partis à 2 et beaucoup plus léger, voyage en avion sans bagage en soute oblige. 

Le moyen format est resté à la maison et ce sont les boîtiers APS-C et des focales fixes (plus le 10-24, idéal pour l’architecture) qui ont été du voyage. C’était également l’occasion de sortir léger et d’obtenir de très bons résultats au final. 

En début de soirée, nous descendons vers l’estuaire du Tage. Les couleurs sont splendides. Il ne reste plus qu’à composer, cliquer… et c’est fait. 

Le développement est effectué dans Lightroom, avec un preset – développement pré-enregistré – de PhotoSerge.

Insolite !

 Au cours d’une promenade en soirée, nous découvrons un élément bien insolite : le manneken-pis portugais, un urinoir, en pleine ville, simplement aménagé contre un mur. Pourquoi pas ? 

Le photo est prise en très haut iso (10 000) avec un 35mm et une très grande ouverture (f/2), pour réduire le temps de pause (1/50s). L’accent est mis sur l’emblème d’annonce, plus photogénique que l’objet en lui-même. 

Développement simple et rapide avec Dark Color Pop, un pré-réglage de Piet van den Eynde.

 

Grand-angle sur Lisbonne

Prendre une photo au très grand angle ne fonctionne pas toujours… mais ici, avec une rue bien au milieu, ça donne le résultat attendu, montre l’immensité de l’étendue, avec bien du détail et de multiples éléments.

C’est pour ce genre de vues que j’ai absolument le prendre, quitte à laisser l’excellent 16mm en Suisse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La rose des vents des explorateurs vue d’en-haut

Comme la précédente, cette image est prise au très grand angle. Du sommet de la tour des explorateurs, on voit l’ensemble de la rose des vents, et les visiteurs comme autant de Playmobil miniatures. Pour une fois, les visiteurs agrémentent la photo !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue traditionnelle

Le tram, jaune, devant les ruines et de hauts bâtiments blancs, surplombant d’autres bâtisses plus anciennes, colorées ou délavées… c’est une des vues génériques de la ville. 

Le cadrage vertical permet de rendre les couches de la ville, en mettant en valeur leur superposition. Les éléments restent très nombreux du bas en haut, la verdure étant présente à tous les étages.  

 

 

 

L’Océanario

Passer par l’Océanario était une option que l’on a tentée. On y trouve un très grand bassin de plusieurs millions de litres, et d’autres, plus petits construits autour du principal. Prendre des photos d’éléments aquatiques au-travers de vitres – que l’on espère propres – est toujours une aventure un peu compliquée. Le boîtier offre un réglage des blancs « aquatique » que j’utilise, sans vraiment voir la différence avec le mode standard.

Entre déplacement des poissons et faible luminosité, parfois encore un certaine distance entre l’appareil et les éléments, la montée en ISO est inévitable.

Ici, la photo est prise à 2500 ISO et une très grande ouverture (f/1.4, la plus grande permise par l’objectif). Le bleu y est omniprésent et représente la moins mauvaise colorimétrie. Les lois de la physique priment sur les lois esthétiques… Bien sûr, on pourrait prendre des programmes de retouche de pixels – comme Photoshop – pour modifier les couleurs… Mon flux de développement ne contient pas cette étape. 

Vue aérienne de Lisbonne

 

C’est l’heure du départ… Au fur et à mesure que l’avion s’élève dans les airs, la ville s’éloigne, de plus en plus petite, avant de disparaître sous les nuages.

Dans l’avion, l’appareil à disposition le plus facilement reste le téléphone portable. Le rendu est limité mais tout à fait correcte pour une vue sur les réseaux sociaux, qui sont l’objectif de ce genre de photos. Légèrement développée sous Lightroom, on y voit l’immensité de l’étendue de la ville et son implantation tout au long du Tage, dont les industries ont pris d’assaut la rive. 

 

Coucher de soleil sur le Léman

Le voyage touche à sa fin, la journée également. Toujours au téléphone portable, j’immortalise les rives du Léman, sous un ciel bien contrasté. Ici, le mini-capteur et les traitements électroniques qui y sont apportés donnent un rendu particulier à la photo. Tant les éléments proches sont redéfinis artificiellement pour être nets et détaillés, tant le Salève illuminé est voilé, rendu dans un bouillie de pixels. Ce sont les forces et les limites de ce genre de photographie, qui encore une fois, correspondront plus à une publication sur les réseaux sociaux qu’à un affichage en grand format dans une galerie. Pour une photo souvenir de vacances, c’est excellent ! 

En soirée 

Fin de journée, soirée intime dans une chapelle. La photo est naturelle, presque pas développée. Prise sans flash, ambiance oblige, avec une très grande ouverture, le flou est intentionnel, afin de donner une évocation plus qu’une image précise et de permettre l’utilisation sans que les personnes puissent être identifiées.

Le rendu très chaud est effectué automatiquement par la balance des blancs de l’appareil. Il renforce le côté intimiste de l’ambiance.

 

Pin It on Pinterest