Quelques jours avec le Nikon D750

23 Jan 2016 | Matériel

A la faveur d’une réparation un peu longue sur mon D600, j’ai reçu de Nikon Suisse un D750 en prêt. L’occasion d’essayer un bel outil, que je ne pense pas acheter !

Il ne s’agit pas d’un test, encore moins d’un test en profondeur. Je vous partage ici plutôt quelques sentiments, lors de son utilisation pendant quelques jours, à la maison et pour notre première sortie « neige » en famille de l’année.

 

Presque un D600

Tout d’abord, il faut bien avouer que ce n’est pas une révolution, tout au plus une évoiution du D600. Ainsi, en l’ayant en main, on n’est vraiment pas dépaysé. Les boutons tombent sous les doigts, les menus sont très comparables pour ne pas dire identiques.

 

Mais qu’est-ce qui change alors ?

Rassurez-vous, il n’y a pas que le numéro sur la face avant qui soit modifié !

Lorsqu’on le prend en main, on remarque tout de suite sa poignée plus proéminente … J’aime ! Un peu à la manière de mon petit Lumix GX8, on peut le tenir à une main très facilement, même avec un 24-70 2.8. C’est vraiment appréciable.

Ensuite, lorsque l’on met l’oeil dans le viseur, on remarque le nouvel affichage – que je n’apprécie pas plus que ça – mais aussi le nouvel autofocus. Au niveau technique, rapidité et prise de vue, c’est le gros avantage du D750. Il est beaucoup plus rapide que sur le D600, donc la possibilité de faire des photos – principalement d’action – que l’on aurait raté avec le D600. Dans les zones plus sombres, il semble également que la détection soit meilleure et que la mise au point puisse se faire là où le D600 fait chou blanc.

Il y a aussi l’écran qui devient inclinable. Un plus, certainement, en particulier pour faire des photos très bas (de petits enfants par exemple) ou très haut (dans une foule ou un concert). C’était un argument de choix lorsque j’ai passé du Lumix LX100 au GX8 … Un plus … sans plus.

 

Mais pourquoi …

… conserver cette limite de vitesse à 1/4000s !? Surtout avec l’affichage des zones brûlées lorsque la photo est prise. C’est presque pour narguer le photographe ! Ou pour tenter de lui forcer la main afin de prendre un modèle plus haut de gamme : D8xx ou D5 !?

 

Le mot de la fin

Ma conclusion était presque donnée d’avance : il n’y a pas assez de différence pour que j’échange mon D600 de 3 ans contre un D750. Par contre, pour celui qui voudrait passer au plein format, il y a à peine 10 % d’écart entre le D610 et le D750 au moment où j’écris cet article (source : Toppreise.ch, Suisse). De quoi réfléchir donc … et les 2 sont bien moins chers qu’il y a 3 ans lorsque je suis passé au plein format sur le coup d’une excellente promotion.

Si je devais le refaire aujourd’hui, je n’hésiterais pas … comme ce n’est pas le cas, j’attendrai le suivant … du genre un D500 plein format !

 

Pin It on Pinterest