Tester avant d’acheter : merci Fuji !

14 Mai 2017 | Matériel

Ce week-end, c’était le Sigma event owy 2017 au Musée du jeu de la Tour-de-Peilz, avec Fujifilm en invité spécial. Pour moi qui vient de passer à Fuji, c’était l’occasion de pouvoir tester en vrai le matériel que je pourrais acheter – ou pas.

Il faut dire que le cadre s’y prêtait bien : les vieilles pierres du musée, les fleurs et buissons alentours, et puis le bord de lac, avec les canards, les bateaux, petits ou plus gros, et un soleil radieux ! De quoi pouvoir tester dans de bonnes conditions les différents éléments qui étaient sur ma liste.

Les indications et remarques ci-dessous sont miennes et relatives à ma pratique actuelle, il ne s’agit en aucun cas de tests à grande échelle ou d’affirmations universelles !

 

XF 100-400 f/4.5-5.6 LM OIS WR

(stabilisé & tropicalisé)

Tout d’abord, le 100-400, le bazooka version Fuji. Une fois accroché sur mon « petit » X-T2, avec le grip en plus, j’ai l’impression de me retrouver avec mon réflex plein format et le Tamron 150-600 … C’est le retour au monde du gros et du lourd. Certainement qu’une comparaison plus précise ferait apparaître quelques gains de poids et de volume ici et là, mais l’impression est la même. Et je n’ai vraiment pas envie de reprendre ce chemin.

Les photos sont de très bonnes qualité, même à 400mm (équivalent à 600mm en 35), mais c’est plutôt mon type de photo qui me fera passer mon chemin.

Passer à Fuji, en plus de changer de marque et de s’alléger, c’est aussi aller à l’essentiel. Payer 1800.- pour n’utiliser cet objectif que de temps en temps, ce n’est plus pour moi. Je suis content de l’avoir essayé, mais je sais maintenant qu’il ne fera pas partie de ma collection présente.

 

XF 10-24 f/4 OIS

(stabilisé)

À l’opposé du super télé zoom se trouve le zoom ultra grand angle (UGA). Pas trop lourd, plutôt lumineux (même s’il est en f/4), je retrouve les bons réflexes et tout ce que j’appréciais sur mes anciens 15-30 Tamron et 8-16 Sigma, certaines déformations en moins. Au bord du lac, le grand ciel et les nuages blancs composent de magnifiques étendues. Un vrai plaisir. J’avais préféré commencer par le XF16mm à grande ouverture f/1.4, le zoom ultra grand angle fera très bientôt partie de mon parc d’objectif.

 

XF 50-140 f/2.8 LM OIS WR

(stabilisé & tropicalisé)

Dans la série des zooms, qui devraient compléter mon 90mm, le 50-140 arrive en bonne place. Surprise du jour, il est plutôt lourd, et court. En effet, seule la moitié de la focale allonge le 90mm, la première partie faisant double emploi avec les focales fixes 56 et 90. Du coup, le poids – acceptable – et le prix plutôt élevé écartent ce zoom standard de mon escarcelle. Bien qu’il soit d’excellente qualité et avec une très belle ouverture, il me sera peu utile.

Y ajouter un doubleur pourrait être une solution. L’ensemble donne de très belles photos, surtout en extérieur, à cause de l’ouverture maximale de f/5.6 … mais le tout devient « lourd », et plutôt cher pour ne l’utiliser que de temps en temps.

 

XF 55-200 f/3.5-4.8 R LM OIS

(stabilisé)

Il n’était pas prévu au programme  mais les conclusions des deux zooms précédents lui laissent une place de choix. Plutôt léger, pas trop encombrant, il couvre une plage de 55 à 200mm (soit 83 à 300mm en équivalent plein format). Certes, son prix n’est pas aussi léger qu’un modèle semblable chez d’autres concurrents, mais il bénéficie d’une plus grande ouverture (3.5-4.8 au lieu de 4-5.6 chez Nikon). Ajoutons à cela que la qualité de l’objectif et de l’image qu’il réalise est de très bonne facture, il n’est faut pas plus pour qu’il prenne une position de choix dans ma liste des prochaines acquisitions : il me paraît le bon compromis pour mon utilisation (parfois un peu de sport ou d’animaux).

 

Le X70, le grand absent

Prévu comme compact de poche, le X70 n’était pas là. Et pour cause : il ne sera plus produit, Sony ne produisant plus le capteur. Il faudra donc attendre l’automne – peut-être – pour connaître les spécificités de son remplaçant, certainement le X80, avec le capteur des X-Pro2 et X-T2, soit le X-Trans III de 24 millions de pixels. Espérons que le prix ne prenne pas trop l’ascenseur.

 

Last but not least … le X-T20

Annoncé comme étant un « petit » X-T2, ce petit frère est très intéressant. Plus petit qu’un X-E2 – que j’ai comme second « petit » boîtier – il a nombre d’avantages : sa taille, le capteur du X-Pro2 et du X-T2, l’écran tactile et mobile, … Pas de photos prises avec ce boîtier, je l’ai essayé avec le carte qui était fournie avec le boitier et n’ai pas récupéré les photos. Il pourrait remplacer à terme le X-E2 ou, le reléguer au rang de boîtier de rechange, au cas où … Oui, je sais, sur ce coup-là, ce serait une entorse à l’allègement prévu.

 

En résumé …

Vraiment une excellente idée ces journées de test de matériel : si je l’avais fait pour mes achats précédents peut-être que certaines choses auraient été différemment, et que j’aurais économisé un peu. Merci beaucoup à Francine Gambarini de Fujifilm Romandie pour sa disponibilité et son service.

Il ne me restera plus qu’à apporter à mon magasin préféré les éléments Nikon qui sont encore en ma possession et les « échanger » contre de nouveaux joujoux.

Pin It on Pinterest