1 – Prendre des photos

29 Juin 2014 | Mon workflow

Quelques premiers jets pour ce premier élément du flux de travail du photographe. Il s’agit peut-être du plus important : ce qui est fait ici est significatif pour le résultat final.

On peut avoir un excellent matériel, d’excellentes technique de corrections et de retouches, si la photo est mal prises, il sera difficile d’en faire un chef-d’oeuvre, si elle n’est pas prise, elle ne le sera jamais.

 

Un peu de préparation …

Un maître mot : rigueur !

  • Avoir 2 batteries (min.) et les mettre à recharger dès qu’elles sont plates. Sans cela, plus d’une fois vous remplacerez une batterie arrivée au bout par l’autre qui est … pas rechargée ! Il y a quelques temps, je me suis retrouver sans batterie pour un shooting famille simplement parce que j’avais oublié mon chargeur dédié. Ce fut la course pour en retrouver un rapidement. Depuis, il reste toujours dans la voiture !
  • Il faut être rigoureux avec son matériel : le ranger dès la fin du « reportage », remettre chaque élément aussi insignifiant soit-il à sa place afin d’être sûr de le trouver la prochaine fois qu’on en aura besoin. Selon le type de reportage que j’effectue, j’ai 3 sacs photos différents : un tout petit, un sac d’épaule confortable pour les ballades avec un appareil et deux objectifs, et une valise qui me permet de prendre tout mon matériel. Depuis quelques temps, quand je rentre chez moi, je sors et je range tout. De cette manière, je me dis pas que ma télécommande, mon filtre ou mon adaptateur est dans le sac que je vais prendre alors qu’il n’y est pas.
  • Les pare-soleil sont toujours utiles … et ils ne pèsent pas lourd.

 

Imaginer autant que l’on peu …

Si on fait un shooting en voiture, on peut prendre tout son matériel sans trop réfléchir et utiliser ce dont on a besoin le moment venu. Mais les belles photos ne se font pas forcément au bord de la route, il faut donc tenter d’économiser un peu le matériel. En résumé, du plus léger au plus lourd :

  • un 50mm 1.4 ou 1.8 en plein format (FX chez Nikon), un 35mm 1.8 en APS-C (DX chez Nikon) vous permettra de prendre de belles photos dans la plupart des cas, d’autant plus qu’avec le nombre de pixels des capteurs actuels, il est toujours possibler de cropper (rogner) l’image pour resserrer le sujet. C’est la solution la plus légère.
  • un zoom de base (24-70mm, 24-85mm, 18-55mm, 18-105mm) permettra de varier quelque peu la prise de vue et le cadrage de la photo. C’est une solution un peu plus lourde mais elle qui permet de mieux cerner le sujet. Par contre, en situation peu lumineuse, elle est nettement moins adéquate que la focale fixe.
  • Si on a encore de la place, et de l’énergie en réserve pour le surplus de poids, on peut ajouter à ces 2 premières solutions l’une ou l’autre de ces options :
    • un objectif ou zoom grand angle (12-24mm, 14-24mm, 14mm, …) : de cette manière vous pourrez prendre de manière bien plus large des panoramas de montagnes … mais faites attention de ne pas vous faire pièger par la déformation générée sur les bords.
    • un objectif télézoom (55-250mm, 70-300mm, 150mm) ou encore un zoom macro qui permettra d’effectuer d’excellents gros plans sur une plante, une animal, …

Partir uniquement avec une des « options » peut s’avéréer intéressant mais un peu kamikaze. N’avoir qu’un seul télézoom (par exemple un 55-250 ou un 70-300) risque d’obliger de prendre un trop grand recul et donc de rendre impossible certaines photos proches. A l’inverse, n’avoir qu’iun objectif grand angle, qui oblige le photographe à être à ras la photo, peut conduire à un grand gaspillage au premier plan.

Il vaut aussi la peine de se pencher quelque peu également sur les accessoires :

  • un trépied, si de longues poses sont nécessaires pour prendre un mouvement d’eau ou de nuages ou si la luminosité impose de prolonger l’exposition
  • des filtres (circulaire polarisant pour les paysages, neutre gris pour de longues poses « artificielles », …)

 

Avoir une idée claire de ce que l’on veut ramener

L’idée basique de partir faire des photos au détour d’une ballade en famille peut se transformer en la galère de photographier tout et n’importe quoi et de ne pas savoir comment les triers, les classers, les utiliser. Se fixer un but de promenade pour la photo permettra de se concentrer sur un élément, par exemple :

  • de beaux paysages
  • des photos de la nature (fleurs, …)
  • des photos des enfants, …

… et peut-être qu’au détour du chemin ou du retouchage, une excellente surprise surgira.

 

 Réaliser un cadrage intéressant

Il est à noter qu’une mauvaise photo, celle sur laquelle il manque une partie, ou dont l’équilibre lumineux est trop mauvais ne pourra difficilement être « rattrapée » en post-traitement. Il est donc important de veiller attentivement au cadrage et à quelques aspects techniques.

Il y beaucoup de règles concernant le cadrage et internet regorge de principes à suivre … ou à enfreindre. Je ne m’étendrai pas sur ce sujet ici, je me contenterai de quelques principes que j’essaie d’appliquer.

  • Ne pas trop serrer le sujet afin d’être sûr de le prendre en entier. Il est toujours possible de recadrer lors du post-traitement, mais pas de rajouter une partie manquante.
  • Penser à la règle des tiers et tenter de l’appliquer et surtout ne pas centrer le sujet.
  • Tenter d’avoir toujours un premier plan devant un paysage. Il faudra veiller à ce qu’il soit présent mais pas trop (il sera bien souvent flou selon la profondeur de champ). Ce premier plan donnera un « plus » certain à la photo.

 

Ma pratique …

Pour conclure cette première partie, je vais partager plus précisément ma pratique.

La plupart du temps, je pars avec mon réflex flanqué de son 24-70 2.8, avec un flitre skyblue B qui fait office de protection de ce dernier. C’est un montage un peu lourd mais avec une sangle adaptée (Op/Tech Pro Loop) c’est un bon compromis.

Si j’emporte un sac à dos, j’ajouter soit le grand angle soit le zoom, en fonction des photos envisagées.

Petit « truc » pour terminer : depuis quelques semaines, j’ai acheté un compact expert que j’emporte presque partout. Il permet parfois de compenser le matériel laissé à la maison et surtout, d’avoir – encore plus – souvent un appareil photo avec moi !

Pin It on Pinterest