Tout va tellement vite !

16 Déc 2018 | Mon workflow

Garder un flux de travail pendant une année ou plus est une vraie gageure. Tout change tellement vite : le matériel, les outils informatiques mais aussi les besoins et le temps ou l’énergie que l’on peut y consacrer.

Depuis la dernière révision des articles du Workflow, que de choses ont changé !

  • Je suis passé à Fuji il y a bientôt 2 ans.
  • Du coup, DxO ne prenait plus en compte mes fichiers RAW et Lightroom les mal-traitait.
  • Plus récemment, j’ai eu l’occasion de remplacer mon imprimante dédiée par une version plus récente, vue qui n’a pas changé grand chose à mon flux de travail, seulement amélioré et pérennisé les impressions.
  • Au niveau des réseaux sociaux, un certain nombre de choses ont changé :
    • 500px, que je m’efforçais avec peine de mettre à jour a été racheté et a perdu un bon nombre de ses fonctions.
    • Par contre, j’ai ajouté Flcikr dans mon entourage social et il est en passe de devenir mon réseau social photographique principal.
    • Instagram, de plus en plus dédié au mobile, me pose encore problème pour être alimenté régulièrement en publications de qualité.
    • Facebook est la vitrine principale, permettant d’inviter les internautes à se rendre sur les autres plateformes.
  • Mon site internet a été revu – passage à WordPress en 2017 et mise à jour Divi il y a quelques semaines. C’est maintenant beaucoup plus simple d’y publier des articles avec une mise en écran agréable et efficace.
  • Mes galeries sont auto-hébergées sous Piwigo pour une très grande facilité d’utilisation et de gestion et une mise en écran passable.

Mais ce qui est en train de changer le plus, c’est l’utilisation de Lightroom ! Programme historique des photographes amateurs ou professionnels – avec l’ajout de Photoshop pour certains – il était sans concurrence jusqu’il y a peu pour toutes les tâches liées à la photographie :

Le passage à l’abonnement il y a quelques années et un certain abandon du développement de la version Classic a amené de l’eau au moulin des concurrents qui, certes moins complets, effectuent un développement parfois bien plus profond et efficace. Ajoutez à cela quelques soucis pour développer les fichiers bruts de Fuji et la porte est grande ouverte pour aller voir ailleurs, au moins pour le développement.

Ainsi, depuis quelques semaines, j’utilise deux flux de travail distincts, selon les appareils utilisés :

  • Un développement rapide, avec débruitage Prime dans DxO Lab 2 pour les photos prises avec mes appareils Sony (RX100 V et RX10 IV).
  • Un développement automatique avec Irident X Transformer pour les photos issues des boîtiers Fuji.
  • Les photos du drone sont, quant à elles, directement importées dans Lightroom, aucun des deux programmes cités précédemment ne les prenant en compte.

Je viens d’acheter Luminar pour la qualité et les options de développement qu’il propose. Si je pense simplement faire un passage automatique dans ce programme actuellement, il se pourrait bien qu’il prenne plus d’importance à l’avenir.

Pin It on Pinterest