Orfèvrerie glacée

18 Fév 2021
h
Lu 5438 fois

Un froid glacial et un vent intense, il n’y a pas grand monde que cela motive à mettre le nez dehors… et pourtant. À Yverdon, tous les 4-5 ans, un phénomène climatique crée de magnifiques sculptures de glace. Naturelles, plus ou moins grandes et toujours splendides de finesse et de détails.

Ce n’est donc pas une fois mais deux que j’ai pris mes habits chauds, un gros appareil photo que l’on peut utiliser avec des gants et que je me suis rendu sur les différentes rives du lac de Neuchâtel pour immortaliser cette oeuvre de la « Nature ». Le premier jour, il faisait vraiment froid, le vent était toujours fort et offrait la possibilité d’immortaliser les milliers de gouttes d’eau projetées sur les berges, formant lentement mais sûrement les glaçons. Le lendemain, vent était tombé et le soleil faisait resplendir les créations glacées.

Alliant un gros volume et une belle qualité d’image, j’ai ressorti mon GFX (le boîtier Fujifilm moyen format), avec une focale fixe équivalent à 40 mm la première fois, avec un zoom 80-160 (en équivalence plein format) la seconde, pour prendre plus de détails, pour entrer plus en profondeur dans le spectacle.

Comme souvent dans ce genre de situation, on mitraille, on ramène des dizaines, voire des centaines de photos, et c’est lors du tri que se passe le plus gros du travail : ne garder que les meilleures photos, en étant sévère avec soi-même ! Cadrage, luminosité, zones de netteté et de flou, éléments indésirables,… autant d’éléments qui m’ont aidé à trier drastiquement les photos et à ne retenir que les meilleures pour la suite du traitement.

Lors du traitement, on a – presque comme toujours – l’embarras du choix. Reste à savoir ce que l’on désire faire ressortir de ces photos et où on désire placer le curseur sur l’axe documentaire – artistique. J’ai donc choisi deux ambiances principales, une pour chaque journée.

  • Le premier jour, j’ai choisi de développer les images en utilisant un fort contraste, un bon niveau de détail et des couleurs peu saturées, étant donné l’ambiance plutôt monochrome qui se dégageait des glaçons.
  • Pour la version ensoleillée, j’ai choisi de conserver beaucoup de détails mais dans une ambiance beaucoup plus pastel, en limitant les contrastes et en favorisant une belle luminosité. La balance des couleurs a demandé un doigté particulier pour que les éléments glacés ne soient ni jaunâtres ni trop bleus.

Cette photo en particulier montre l’ambiance qui régnait. Une belle luminosité grâce au soleil mais des glaçons encore intacts, ciselés par l’amas léger et sans cesse renouvelé de gouttelettes d’eau. La végétation, emprisonnée dans ce cristal aqueux a gardé toute sa couleur et remplit de verts et de rouge cette glace blanche translucide.

Découvrez également…

Pin It on Pinterest