Des paysages au téléobjectif

18 Juin 2016Jour après jour

Souvent, lorsque l’on pense paysage, on pense grand angle, grande largeur de champ … et peut-être faible profondeur. Changer de mode de prise de vue peut donner des choses très intéressantes.

Après une grosse semaine de travail, j’ai besoin de changer un peu d’occupation. Toujours abonné à différentes news photographiques, je regarde quelques vidéos, et choisis de les mettre en pratique par une petite balade avec une amie. Si j’ai déjà réalisé quelques photos de paysage au téléobjectif – comme celle en entête de cet article – ici, le but sera de vraiment mettre en oeuvre les objectifs qui sous-tendent ce genre de photographie.

 

Les bases théoriques

Voici l’article que j’ai lu et les vidéos que j’ai visionnées avant de partir en balade.

 

Ainsi, le shooting du jour veillera tout particulièrement aux éléments suivants :

  • mettre en contraste des lumières et des ombres … à voir ce qui sera possible en ce jour de printemps encore bien pluvieux
  • mettre en avant un élément particulier
  • remplir le cadre en compressant les éléments

Nous voilà prêts, mon amie avec son 70-300 (APS-C) et moi avec mon 70-200 (en 2.8 même si ce n’est pas nécessaire) … et pourquoi pas, le 150-600, au cas où !

 

La balade

En cette fin de samedi pluvieux, il n’est pas nécessaire d’aller très loin. Nous nous promenons donc au-dessus du lac de Neuchâtel, entre Yverdon, Yvonand et un peu plus loin … Nous n’avions pas d’endroit particulièrement « bon » pour ce genre de photo en tête … et ne savons pas non plus ce que serait un endroit propice à ce type de photographie.

Après nos premiers essais, nous commençons à repérer les lieux propices : de préférence pas de premier plan trop proche – à cause de la profondeur de champ – mais plutôt une multitude de plans plus ou moins éloignés, successifs, voire parallèles. Le peu de soleil ne nous permettra pas vraiment de mettre en contraste les lumières et les ombres par contre l’élément 2 – compresser le paysage et remplir le cadre – est facilement mis en exergue. Comme on le voit dans la 2e vidéo explicative, un téléobjectif supérieur à 200 mm permet plus souvent qu’on ne le pense d’arriver à l’objectif désiré.

Nous nous arrêtons en plusieurs lieux et faisons pas mal d’essais. Pour montrer la différence, je prends également quelques photos « modèles » avec mon petit Canon G9X en équivalent 24mm.

Bien sûr, aujourd’hui, c’était un peu artificiel. Nous avons exploré une technique, que nous ajoutons à toutes les autres dans notre carquois pour les prochaines sorties.

Au retour, au moment de développer les photos, je me rends compte que ce temps nuageux et génial pour avoir de belles nuances parfois menaçantes dans les nuages mais qu’il entraîne également beaucoup de brume sur les photos. Étant donné que le but est d’avoir une vue profonde, il y a beaucoup de voile dans les photos. La nouvelle correction du voile de Lightroom CC est utile mais ne fait pas de miracle.

 

Les photos

La compression et le remplissage du cadre

 

Détacher un élément

Joli, seul, coloré … un coquelicot dans un champ de blé,

 

Pour la petite histoire …

Il faut dire que j’aime faire des photos de manière quelque peu originale, en détournant le matériel de sa fonction première par exemple. Ainsi, j’ai réalisé un superbe portrait de ma seconde fille au 600 mm. Photographier des paysages au téléobjectif est donc un défi qui rentre bien dans mes cordes.

Pin It on Pinterest