Presqu’un an avec Fuji

27 Jan 2018 | Jour après jour, Matériel

Il y a un an, je lisais de plus en plus d’articles concernant le Fujifilm X-T2, sorti quelques mois auparavant. Avoir un boîtier Fujifilm m’avait toujours tenté mais je n’avais pas voulu céder à cet « effet de mode ». Finalement, mon système micro 4/3 montrant ses limites en paysages, j’ai cédé : ajouter un X-T2 comme intermédiaire entre un compact Canon (G9x) et mon système plein format Nikon. Mal m’en a pris !

Les Rasses en fin de journée Fujifilm X-T2 & XF 10-24 f/4

Quand l’intermédiaire devient le système principal

Que faire lorsque le boîtier « léger » et « intermédiaire » fait d’aussi belles photos si ce n’est pas meilleures que le système lourd et encombrant plein format. Bien sûr, je n’étais pas dans du haut de gamme, tout juste l’entrée de gamme Nikon en plein format (D600 acheté 4 ans plus tôt). J’aurai pu – moyennant un grand apport sonnant et trébuchant – faire une mise à jour de mon plein format et me retrouver avec une multitude de systèmes différents :
– système plein format Nikon D750 et objectifs adaptés (triplette de zooms en 2.8 Tamron, télézoom 150-600 et 50 en 1.4)
– système APS-C Nikon avec l’excellent D500 et les zoom Sigma Art 1.8 (18-35 et 50-100)
– système Fuji X naissant (X-t2 et objectif 23mm f/2)
– compact canon G9X
– et toujours un téléphone portable dont les capacités photos ne cessent d’augmenter
Qui a parlé du G.A.S. ?
C’était le moment de faire un choix, de faire un peu de ménage … de revoir les investissements aussi ! Parce que l’appareil photo parfait, ça n’existe pas !

J’ai donc pris la décision de passer entièrement à Fujifilm et de me concentrer sur ce que ce système pouvait offrir. J’ai vendu ou donné tout le reste, à la plus grande joie de certains de mes amis et collègues photographes. Aujourd’hui, je n’ai plus que du Fuji, sauf mon téléphone portable !

Fuji, oui, mais quoi ?

Photos de retour de vacances, après une semaine un peu vide. Tout à coup, au milieu d’une fête de famille, cet arc-en-ciel circulaire dans le ciel. Haut, et en couleurs. Fujifilm X-T2 & XF55-200

Se créer un système sur mesure

Changer de système a un avantage sur le fait de se créer son premier équipement photo : on a du stock, l’investissement réalisé petit à petit pourra être récupéré et réinvesti. Bien sûr, on « perd » toujours un peu mais la manne récoltée de la vente de son matériel peu rapporter gros. Personnellement, elle m’a permis d’acheter le système complet dont j’avais besoin.

 

Un commencement un peu chaotique

En choisissant Fuji comme système intermédiaire, je voulais développer ma technique en optant pour des focales fixes, plus légers, généralement plus qualitatifs … et demandant de revoir sa technique de cadrage, le petit « coup de molette » n’existant pas.

J’ai donc opté pour un Fujifilm X-T2 et une focale 23 mm, équivalent à un 35  mm en 24x36, un peu plus large que le 50mm, que je trouve trop étroit en paysage. En sortant du magasin, j’avais l’objectif, le boîtier était en commande. Et il est resté longtemps, en commande ! J’avais demandé une version argentée, plus facile à commander à qu’à obtenir semble-t-il. Il m’a fallu plus de mois pour l’avoir … finalement en noir ! Prévu pour la sortie en Lorraine en février, je l’ai reçu juste pour les vacances de Pâques.

Entretemps, j’avais trouvé sur internet un ancien X-E2, presque neuf, il m’a bien dépanné. Ainsi, le 23 mm, rapidement rejoint par mon premier objectif « portrait pro », le 56 mm en f/1.2 ont trouvé boîtier à chausser. C’est ainsi que je suis parti en camp très léger. Par contre, l’écran et le viseur n’étant pas top face à la neige ensoleillée, ce ne fut pas évident de cadrer ce que l’on désirait. Pourtant, les premières photos ont été excellentes, et plébiscitées par les parents. Le 56mm, entre autre, a montré toute sa qualité et sa douceur pour d’excellents portraits de mes élèves.

Le village d’Essert-sous-Champvent au printemps Fujifilm X-T2 & XF16 f/1.4

Enfin le X-T2

Le X-T2 « argent » n’étant toujours pas livrable, j’ai craqué sur le X-T2 noir, moins beau mais tout aussi performant. C’était enfin l’occasion de tester le tout. Au départ, je n’étais pas parti sur un changement de système mais simplement sur l’ajout d’un boîtier léger à mon matériel photo, qui prenait de plus en plus d’ampleur. Les premières photos du X-T2 m’ont bluffé. Non seulement, les molettes sur le dessus permettaient de réaliser rapidement les réglages – et de les avoir à l’oeil – mais les photos étaient excellentes dès leur sortie du boîtier. Les développements sous Lightroom prenaient beaucoup moins de temps.

Après avoir fait quelques comparaisons dans différentes situations (dynamique de paysages, autofocus des filles qui sautent, …) entre mon réflex et le nouvel hybride, j’ai pris la décision de revendre tout mon matériel réflex. Est-ce que je serais plus limité ? Peut-être. Est-ce que je ferai plus de photos, plus souvent, différemment ? Certainement. J’ai donc tout mis en vente, auprès de mes amis d’abord, sur les réseaux de vente en ligne ensuite. Presque tout est parti, rapidement, à des prix corrects voire bons. Les derniers objets ont été repris par le magasin lors de la commande finale.

Fujifilm X-T2 & XF 56 f/1.2

Compléter le système

Les ventes réalisées me permettaient de compléter le système à faible coût, voire presque gratuitement. Restant dans l’idée de la focale fixe, j’ai ajouté un 16mm f/1.4, pour un – plus – grand angle et un 90 f/2 pour avoir un bon zoom.

C’est alors que j’ai participé à une exposition Fuji au Musée du Jeu de La Tour de Peilz. Tous les modèles étaient en exposition, que dis-je, en prêt. On pouvait les utiliser, faire des photos au bord du lac, manipuler, essayer, … Et j’ai tout essayé ! Je ne referai pas ici le retour sur chaque objectif puisqu’un article entier a été consacré à cela. Ces essais m’ont permis de préciser mes choix et de passer commande ! Je voulais un système qui reste léger. Pour cela, il me fallait sortir de quelques préjugés. Souvent, lorsqu’on pense 18-55 ou 55-200, cela évoque objectifs de base, léger, kit bon marché, … et faible qualité en terme de rendu. ChezFuji, on oublie cela, si le 18-55 ne vaut pas le 16-55 en 2.8, il donne déjà d’excellents résultats, pour un encombrement, un poids et un prix légers. Il en va de même avec le 55-200. C’est celui qui a remplacé le 70-200 f/2.8, avec un excellent rapport poids – encombrement – prix. J’ai également craqué sur le 10-24 pour élargir quelque peu le 16mm.

Finalement, ces zooms ont été ajoutés aux focales fixes pour élargir la gamme.

La mer de brouillard sur le Nord Vaudois Fujifilm X-T2 & XF10-24 f/4

Second boîtier et compact

Après avoir remplacé le système courant, il était temps de penser à l’appareil que l’on emporte partout ou presque, et à un second boîtier.

Entrer dans le monde Fuji, c’est parfois flirter avec l’idée de la limitation voulue. Ainsi, le X100, compact APS-C relativement encombrant avec une focale fixe est une mode à lui seul, très apprécié des photographes de rue. Mais un gros compact, avec une focale fixe, à plus de 1000 francs, est-ce raisonnable pour un « simple photographe amateur » ?

Opter pour des focales fixes, c’est un choix … qui en entraîne un autre. À ne pas vouloir changer constamment d’objectif, on en vient à désirer un deuxième boîtier, pour avoir 2 kits utilisables en même temps.

Ces questions sont donc restées en suspens et en réflexion pendant un certain temps.

Ayant toujours désiré pouvoir sortir faire de la photo de temps en temps avec ma chère et tendre, en emportant une série d’objectifs et deux boîtiers compatibles, c’était enfin la possibilité d’accéder à cette expérience. Ainsi, un X-T20 en kit avec l’objectif 18-55 est venu agrandir la famille. Nous avons eu l’occasion de vivre cette très belle expérience aux Iles Borromées l’an dernier à Pâques et à Derborence en automne.

Restait la question du compact …

Le X70 a terminé sa vie commerciale prématurément, par le manque de capteur, Sony ayant arrêter de produire les X-trans II de 16 millions de pixels. Presque par hasard, j’en ai trouvé un d’occasion juste avant de partir en vacances d’été. Du coup, je suis parti au camping avec un seul boîtier. L’occasion de tester la « photographie » limitée en technique. Une belle expérience. Reste que pour un boîtier compact, il est relativement gros, lourd, et en 16Mpixels seulement … Et son objectif n’est pas interchangeable. je l’ai donc remis en vente.

En regardant le X100F de plus près, Damien Bernal m’a envoyé sur une bonne piste. Dans une de ses vidéos, il parle de la possibilité de pallier aux manques du X100F par l’acquisition d’un kit X-T20. C’était une bonne idée. Le X-T20, je l’avais déjà … oui parce que même si c’était celui de mon épouse, il était plus dans mon sac que dans le sien. je ne désirais donc pas l’emporter encore plus souvent, ni en acheter un deuxième. C’est alors que je me suis penché sur le X-E3, modèle bien remis à jour de mon « premier Fuji » qui était passé presque inaperçu pour moi lors de sa sortie.

Encore plus petit que le X-T20, avec quelques éléments en moins (écran orientable entre autre), mais d’autres en plus (joystick, compacité, autofocus en progrès), c’est une bonne optique de compact. Avec un 27 mm pancake acheté d’occasion, c’est un compact à peine plus gros qu’un X70 et toujours plus petit que le X100F. En plus, il me permet d’avoir un deuxième boîtier sans emprunter celui de mon épouse.

Lac de Bret VD Fujifilm X-T2 & XF 10-24

Pendant un an …

Cela fait maintenant presqu’un an que j’utilise tout cela. Est-ce que je fais plus de photos ? Oui, le nombre brut de déclenchements est passé de 11 000 clics bruts à 18 000. Est-ce que je fais de meilleures photos ? Je ne devrais peut-être pas me prononcer moi-même sur ce point, mais il me semble que oui … en tout cas, j’ai plus de coups de coeur, de photos que j’aime tellement. Je sors aussi plus souvent, avec du matériel vraiment plus léger. Généralement, je choisi un ou deux objectifs et je fais mon shooting avec ceux-là. Il faut dire que ces différentes optiques ont chacune leurs forces et leurs faiblesses :

  • le 16 mm est un excellent grand-angle, à utiliser en situation, avec un peu de déformation sur les bords
  • le 23 mm est une optique légère, passe-partout, qui permet de presque tout faire
  • le 56 mm donne un excellent rendu de portrait mais son autofocus pompe pas mal en moyenne et basse lumière, un vrai régal en extérieur.
  • le 90 mm est un vrai bonheur, tant sur le rendu que pour son utilisation

Les zooms sont agréables à l’utilisation, pour un champ très large avec le 10-24, ou pour rapprocher presque n’importe quoi avec le 55-200.

Rayon de soleil durant un après-midi d’hiver.
Fujifilm X-T2 & XF90 f/2

Ce que j’ai perdu dans la transition

Un peu quand même …

Je n’ai pas remplacé le 150-600 par un 100-400. Je l’utilisais peu et je ne désirais pas investir près de 1500 francs dans un objectif qui resterait souvent à la maison, de par son poids ou le peu d’occasion de l’utiliser.

Les zooms Sigma Art 1.8 n’ont pas trouvé de remplaçant aussi polyvalents. Les 16 mm, 56 mm et 90 mm les remplacent à leurs focales, en laissant quelques trous dans la plage focale et avec un bokeh perçu parfois moins fin.

Jardin de la passion Fujifilm X-T2 & XF56 f/1.2 avec MCEX 16 (bague allonge 16mm)

Et si maintenant … on faisait de la photo

En fait, si on utilisait – enfin – tout ça ! Ces dernières années, j’ai passé pas mal de temps à regarder ce qui sortait sur le marché, à utiliser et abandonner plusieurs systèmes, à passer de nombreuses heures sur internet pour comparer des dizaines d’objets – si je ne le faisais pas pour la photo, je le ferai pour autre chose, j’aime ça. Je suis maintenant un peu fatigué de tout cela. J’ai envie de sortir, de prendre l’air, d’utiliser, de progresser, de partager, d’avancer.

J’ai déjà commencé à entrer dans cet voie en refusant d’essayer le déjà très réputé XF 80mm macro pour être sûr de ne pas l’acheter, de ne pas attendre l’annonce du X-H1, certainement très bon, mais pas nécessaire pour mon utilisation.

Ce qui pourrait encore s’ajouter à mon parc optique ? Peut-être un 35 mm f/2 pour la naissance de bébé 3, ou le nouveau XC 15-45 s’il est – presque – aussi pancake que le 27mm.

Sortie en amoureux avec 2 boîtiers.
Fujifilm X-T2 & XF16 f/1.4

Pin It on Pinterest